WILD – édito Printemps 2016

sandrine-gauquier-architecture-interieur-decoration-nimes-edito-printemps-2016
Blue (Sky over Los Alamos), Spencer Finch (Collection Lambert, Avignon, expo « La disparition des Lucioles » – photo Sandrine Gauquier)

Le dernier manifeste du salon Maison&Objet traite de l’opposition nature / technologie, et prône un retour à un sens profond, sacré : WILD.

Dans mon métier d’architecte d’intérieur, la nature occupe un place centrale  et évidemment la technologie est très présente : nouveaux matériaux, nouvelles énergies, nouveaux process.
Il faut composer avec tout cela, surtout si l’on se préoccupe de la sauvegarde de l’environnement.

Mais je ne considère pas ces deux notions comme antinomiques ou ennemies.

Au contraire, j’aime qu’un savoir faire artisanal puisse s’épanouir dans des environnements modernes ou des ambiances sophistiquées.
Ou qu’un objet authentique, avec une forte connexion aux éléments et à la sauvagerie de la nature, puisse être en même temps le produit d’une haute technicité et d’une élaboration précise, ordonnée.

Une grande partie de mon travail est de créer une convergence et un bon usage de la technologie et de la nature, toujours au service d’un lieu de vie.